Le nombre de gestionnaires immobiliers augmente de jour en jour. De plus, l’offre présentée sur le domaine immobilier commence à s’élargir. Par rapport aux diverses possibilités à la portée du propriétaire bailleur, comment bien opter pour son gestionnaire immobilier. Afin d’éclairer encore plus vos lanternes, retrouvez ci-après quelques explications relatives à cette question importante.

Obligations du gestionnaire immobilier

L’agence immobilière ou le gestionnaire immobilier intervient avec un « mandat de gestion » qui lui est délégué par un propriétaire. Sa tâche est relative aux missions incluses dans le mandat et est composée au moins de la gestion des loyers.

À cause de cet encaissement de loyers, le gestionnaire immobilier est assujetti à des contraintes réglementaires. Le caractère des autres missions déléguées change, selon le contenu du mandat. Comme il reçoit des loyers pour les redonner aux propriétaires, le gestionnaire immobilier possède une triple obligation :

  • Présenter une assurance financière qui permet aux propriétaires de disposer d’une couverture entre la réception d’un loyer et son remboursement au bailleur.
  • Posséder une carte professionnelle.
  • Posséder une assurance Responsabilité Civile Professionnelle.

Comment déterminer son besoin ?

Prenant en compte la variété des offres existantes en ce moment, il faut agir de façon méthodique, déterminer ses priorités et son besoin. En comptabilité, voir de plus près la gestion comptable, les charges, le loyer, les encaissements, l’apurement, l’APL et les avis de loyers et quittances. Observer s’il s’agit d’une gestion totale ou non.

Concernant la fiscalité, analyser la loi Pinel et la déclaration de revenus. Dans les contentieux, étudier les mises en demeure, les relances, la procédure contentieuse, l’huissier. Pour l’assurance GLI, suivre la procédure imposée par l’assurance, les indemnisations, contrôler l’éligibilité du dossier. Voir de plus près, les coûts. Côté mise en location, vérifier le dossier, déterminer les charges et le loyer, rédiger et signer des baux, effectuer l’état des lieux, etc.

Les divers aspects de gestion

D’une part, la gestion totale ou déléguée constitue la formule la plus diffusée pour des causes historiques. Le propriétaire délègue la gestion locative fréquente, y compris l’ensemble des décisions qui en résulte à son gestionnaire immobilier. Il peut s’agir de la mise en œuvre de travaux, du choix du locataire, de la mise en location. À part les services, la spécificité se constate sur la tarification. Effectivement, plusieurs mandats sont composés de facturations annexes.

Le coût de celles-ci s’avère onéreux comme les honoraires sur travaux, les frais de prise en charge de dossiers, etc. Même si elle coûte cher, cette formule donne l’occasion de confier complètement les problèmes de gestion du bien. D’autre part, le coût de la gestion semi-déléguée est très réduit par rapport à celui de la gestion déléguée. Le propriétaire s’occupe d’une partie de la gestion. La gestion financière dépend du gestionnaire immobilier.